trousse de premiers secours

COMMISSION SECOURISME

 

LES OBJECTIFS ET DÉFIS DE LA COMMISSION

Dans ses vœux de quinquennat, le Président de la République et son gouvernement ont souhaité, le 26 mars 2018, à ce que d’ici la fin du mandat, 80% de la population soit formé aux gestes qui sauvent, tâche incombant au ministère de l’intérieur, et surtout réagir sur les arrêts cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Nous sommes très loin du compte.



Le but de la commission :


Proposer aux mairies, préfectures, autres collectivités territoriales et entreprises d’Ile de France dans un premier temps, un accompagnement pour former au secourisme certains de leurs collaborateurs.


Ces derniers, devenus formateurs qualifiés en premiers secours civique, assureront les séances de formation obligatoires pour les personnel sur :

  • La sensibilisation aux « Gestes qui sauvent » (GQS), d’une durée de 2 heures.

  • La formation certificative au PSC1 d’une durée de 7h minimum.


La finalité est non seulement d’avoir du personnel formé, recyclé et qualifié, obligatoire pour certaines catégories d’employé (secteur petite enfance par exemple), mais également de participer à atteindre des objectifs de formation à moindre coût tout en favorisant le secteur associatif et sa dynamique.


La globalisation et la mutualisation permet de forfaitiser ces formations, générant ainsi des économies aux collectivités au vu des volumes de personnel à former.



Pourquoi en Ile de France pour débuter?


La population de cette région est importante et la plupart des agents ont leur premier poste en IDF, puis mutent vers la Province.

Ils repartent certes avec un bagage, mais le « turn over » important des personnels nécessite des formations initiales et continues permanentes.


Le bassin parisien est vecteur de toutes les situations que l’on pourra rencontrer sur le territoire.



Descriptif du dispositif ?


Mise en place d’une séance de formation de 8 à 10 agents sur 2 semaines :

            1ère semaine : Pédagogie initiale commune à la formation

            2ème semaine : Module Premiers secours civique

Ces nouveaux formateurs seront capables d’encadrer des formations initiales et des recyclages, et de délivrer des certificats qualifiants en secourisme.


Étude de coût :


Une formation de 8 à 10 agents au monitorat PSC nécessite 2 instructeurs + 1 assistant (issus d’une Association loi 1901) sur 10 jours avec leur matériel ainsi que la délivrance des diplômes certifiés par une Fédération de secourisme.

            Le montant varie en fonction des associations, compter entre 750 et 1000€ par agent


Proposition d’acquisition d’un kit complet de matériel sélectionné par des professionnels du secourisme et de la formation afin de permettre aux formateurs de dispenser des formations initiales et des recyclages dans la structure. (entre 3500 et 4000€ le kit complet)


Kit complet de formation pour 10 apprenants comprenant :

            Malette pédagogique (logiciels de présentation, images, vidéos, textes etc.. et mise à jour)

            Mannequins de désobstruction

            Mannequins de réanimation

            Défibrillateurs d’instruction

            Petit matériel de formation (coupe de tête, garrots tourniquets..)

            Divers consommables (masques de protection faciale, kit maquillage fausse blessure, faux sang etc.)



Si le budget initial de la formation et de l’équipement est conséquent, il y a de nombreux avantages à avoir du personnel formé :

            Organisation régulière de séances de formation sur site (gestion RH par exemple).

            Une douzaine de personnes formées par le moniteur amorti le coût de la formation (un PSC1 est facturé 60/65€ par les associations).

            Valorisation des compétences des collaborateurs.

            Intéressement à la vie de la structure, collaboration participative.

            Enrichissement de la carrière par des certificats et des diplômes certifiés d’Etat.



En parallèle, la commission propose d’assister les collectivités non équipées, pour l’étude, la mise en place et l’entretien de défibrillateurs automatisés externes sur leur circonscription, dans les endroits recevant du public comme dans les lieux les plus fréquentés.