Carte en herbe

COMMISSION AFFAIRE ÉTRANGÈRE

 

RAPPORT NUMÉRO UN : LA FRANCE DANS LE MONDE ET L’APPORT DE L’ASSOCIATIF DANS SON IMAGE D’ÉTAT FÉDÉRATEUR

La France est reconnue mondialement pour sa participation à la construction de l’Union européenne ainsi que son apport mondial dans le domaine des technologies.


C’est notamment pour ces raisons que la France tient une place importante sur la scène internationale.


Au-delà de ses territoires d’outre-mer, le France dispose de bases permanentes dans différentes zones stratégiques dont majoritairement africaines (Sénégal, Djibouti, Gabon, Émirats arabes unis, Côte d’Ivoire, Tchad, Burkina Faso, Niger et Mali). Néanmoins, la diplomatie française veut que la commission ait une vision universaliste avec une ouverture sur tous les pays du globe (Asie, Amériques, Union Européenne et Océanie)


La commission des affaires étrangères de l’Association Nationale des Collaborateurs de Ministres et de Parlementaires se veut être une force de proposition en renforçant « le trait d’union » entre la France et ses états alliés afin d’encourager une meilleure coopération entre tous.


Ce liant est permis grâce à la vision moderne de l’A.N.C.M.P permettant ainsi d’établir des liens, de faciliter les échanges et de promouvoir en tout lieu les valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité. Elle favorise les rencontres, le fruit des rencontres et les partenariats, celles-ci soumise à l’appréciation du bureau de coordination des commissions.


Il est également observé que l’identité française défendue et représentée notamment par le biais de l’organisation internationale de la francophonie (O.I.F), fait de la France un acteur incontournable dans l’échiquier mondial.


L’O.I.F, d’ailleurs, dotée d’associations, d’agences, d’organisations et de vingt quatre membres, est une organisation importante qui a pour mission principale de véhiculer  la notion « France » à travers le monde par la diversité culturelle, l’échange éducative. Elle est également une institution à dessein économique.


  

Aussi, les différentes actions de collaboration et coopération à travers le monde engagent la France dans un activisme soutenu. Ce dernier peut trouver des ressources dans le domaine associatif à dimension internationale.


C’est pour ces raisons que l’avènement d’une commission des affaires étrangères au sein de notre association tient tout son sens.


La commission des affaires étrangères de l’ANCMP se doit d’être un second cordon « diplomatique » au service de la France en tentant d’apporter l’expertise et le pragmatisme de ses référents partout dans le monde.



La commission des affaires étrangères de l’ANCMP est un regroupement des acteurs de la vie publique : parlementaires, attachés parlementaires, membres d’un cabinet ministériel et les membres d’un cabinet municipal. Elle comprend d’autre part des acteurs de la vie civile : entrepreneurs, chefs d’entreprise, professions libérales, etc.


Les membres de cette commission sont naturellement tous intéressés par les questions liées aux relations internationales.


Son bureau se compose actuellement d’un président M. Kassim FOFANA, d’un vice-président M. Patrice FERRANT ainsi que d’un secrétaire chargé des relations extérieures M Deve MABOUNGOU.


Le bureau exécutif de la commission est d’ailleurs complété par des référents de suivi en charge d’une zone géographique.


La commission des affaires étrangères a comme domaine de compétence les sujets suivants :


  • la politique étrangère et européenne,

  • la coopération et le développement économique,

  • la francophonie

  • et les relations culturelles internationales.

            

Référents de suivi de la relation affaires étrangères :


La création de référents de suivi géographique est une innovation de la nouvelle équipe dirigeante de l’ANCMP.


Le monde a été divisé en grandes régions pour chacune desquelles un représentant de la commission a été désigné référent.


Son rôle est d’accompagner au développement des relations bilatérales (les liens diplomatiques, les relations de développement économique, la francophonie, les échanges culturels). Il porte ses travaux devant la commission.